La Narse de Nouvialle

Qu’est-ce qu’une narse ? :

 Le mot nartia d’origine pré-latine désigne un « marécage », une zone humide de type tourbeux, dont la formation peut être glaciaire ou volcanique. Dans ce second cas, la narse, est généralement une tourbière occupant un cratère d’explosion nommé maar en géomorphologie. 

 

  Située sur le plateau basaltique de Saint-Flour, dans le Cantal, la narse de Lascols serait d'origine glaciaire tandis que les lacs circulaires Pavin dans le massif du Sancy et Bouchet en Haute-Loire sont, à l'évidence, de parfaits exemples d'une formation résultant d'une explosion volcanique.

 

 L'origine de la narse de Nouvialle, semble plus complexe, ne répondant pas à ces deux types de formation glaciaire ou volcanique. 

 Compte-tenu des couches sédimentaires existantes, à base de diatomées fossilisées, la narse de Nouvialle pourrait provenir d'une formation lacustre antérieure aux épanchements de coulées de lave, qui créèrent les planèzes il y a six millions d'années.

Plus précisément, en surface, la narse peut être définie comme une fondrière, c’est-à-dire une dépression envahie de manière récurrente par l’eau excédant à la fonte des neiges en fin d’hiver ou lors de fortes précipitations qui font déborder les ruisseaux la traversant.

Une ressource aquifère

 Un des intérêts majeurs de la narse réside en sa capacité, non seulement, à limiter l’impact des crues grâce à son fort pouvoir de rétention, mais également par voie de conséquence, à restituer la ressource aquifère en période de sécheresse intense.

 De fait, les pâtures fournissent, au coeur de l'été une réserve précieuse en fourrage pour les agriculteurs locaux qui, sur ces terres, élèvent en particulier les vaches de race salers et charolaises.

260422 04 alouette des champs Narse de Nouvialle Denis Wagenmann
00:00 / 01:11

Une réserve de biodiversité :

 La narse de Nouvialle, classée zone Natura 2000, fait partie d’un ensemble remarquable en matière de biodiversité à l'Est Cantalien. Avec celles de Lascols et de Pierrefitte, la narse de Nouvialle accueillent au printemps et à l’automne le passage des oiseaux migrateurs dont certains, à l’instar du courlis cendré, ne se reproduisent que sur ces marais.

250422 48 courlis cendré Narse de Nouvialle chant à l'atterrissageDenis Wagenmann
00:00 / 00:51

 Outre l’avifaune riche d'une centaine d'espèces (migrateurs compris),  une flore typique, très diversifiée et son cortège d’insectes, libellules, orthoptères… excitent l’intérêt et la passion des naturalistes toutes disciplines confondues.

Je suis un paragraphe. Cliquez ici pour ajouter votre propre texte et me modifier. C'est facile.

Un gisement de diatomite :

 Le sous-sol de la narse de Nouvialle renferme un gisement de diatomite. Celui-ci fait l’objet de la convoitise des carriers, car ce minerai siliceux, d’origine fossile, est ainsi utilisé, entre autres, pour la production d’engrais à base de silicium, dans l’industrie alimentaire pour filtrer certaines boissons dont les bières et autres spiritueux…

 La diatomite, roche tendre, friable et poreuse d’où ses capacités élevées d’absorption, s’est pour l’essentiel formée à partir de la sédimentation des frustules, coques protectrices à base de silice entourant le corps d’algues unicellulaires microscopiques, appelées diatomées.

Une Phonographie naturaliste de la Narse de Nouvialle

 Réalisé uniquement à partir de sons captés en avril dernier, sur le site même et dans ses environs immédiats, ce paysage sonore, d’une durée d’un peu moins de 30mn, s’écoute comme une composition musicale.

 Du petit jour au crépuscule, la voix des solistes ou d’un chœur racontent, à travers ses rythmes et ses couleurs, quelques instants fragiles, qui résonnent dans notre coeur comme autant de pierres précieuses de ce lieu emblématique du Cantal.

  

                                                                      Denis Wagenmann, 08/07/22

Une phonographie naturaliste de la Narse de Nouvialle prises de sons et montage Denis Wagenmann
00:00 / 30:16

Conseil d'écoute

 Ce montage, loin de me donner toute satisfaction, -en terme de réalisation technique-, demande à ce qu'on l'écoute sur le temps long ; celui du temps de la nature qui n'est pas celui effréné de l'espèce humaine.

 Pour apprécier tous ces chants, ces sons, ces interactions sonores, il est recommandé de prendre le temps...d'écouter tranquillement, sans rien attendre. Un exercice particulièrement difficile en ces temps incertains, où l'homme, affublé de l'adjectif moderne, -à peine arrivé quelque part, qu'il est ailleurs-, passe son temps à vouloir réaliser ses innombrables désirs le plus rapidement possible !

  Ont participé à mes sessions de prises de sons, dans l'ordre de ce montage, moutons, moineaux friquets et domestiques, faucons crécerelles, rougequeue noir, fauvette grisette, chien, tariers des prés, huppe, alouettes des champs, bergeronnette printanière, linotte mélodieuse, bruants des roseaux, courlis cendrés, pipits des prés ou farlouses, bécassine des marais, crapauds calamites...et quelques autres !

050722 04 fauvette grisette et bruant des roseaux, chant, tarier des prés, pies Les Adrets NouvialleDenis Wagenmann
00:00 / 02:46

Petite galerie photographique

 Plus que tout, mes micros, mon appareil photo, ne seraient rien sans les voix et les visages de nos frères les animaux, qui les ont animés.

J'ai pour principe de ne prendre que ce que la nature me donne, et généralement celle-ci se montre profuse

 Voici quelques clichés des habitants de la narse, des haies, des grandes herbes, des espaces aériens. 

050722 Pie grièche grise Narse de Nouvialle.jpg

Au cours de mes sessions d'enregistrements, des rencontres "animales" ont souvent lieu,  pourvu qu'il y ait de ma part humilité et discrétion. Ce fut le cas encore cette fois avec mustela erminea l'Hermine d'Arménie".

  Après un jeu de cache-cache mémorable, dans une haie de prunelliers et d'aubépines, la petite curieuse s'est approchée de moi, puis s'est redressée pour mieux me dévisager...

Le collectif de la narse de Nouvialle :

 Cette association locale, riche de plus de 1000 adhérents, à laquelle se joignent désormais les Chemins Sonores, s’est formée pour alerter des dangers, aussi bien en matière de santé que de perte irrémédiable de la biodiversité, de diminution des surfaces agricoles et de risques de crues incontrôlables qu’une carrière engendrerait, si celle-ci venait à exploiter le sous-sol de la narse.

Pour tout renseignement complémentaire :  https://www.collectifnouvialle.org/

Remerciements
 

 Je tiens à remercier chaleureusement les personnes qui, par leur implication au sein du collectif pour la défense de la Narse, m'ont donné carte blanche pour réaliser ce projet de phonographie naturaliste de la Narse de Nouvialle. 

 En particulier pour leurs encouragements Anthony Marque et pour leur accueil Jean-Pierre et Nancy Teulade, ainsi que tous les membres de la commission culture du collectif.